Circuit itinérant

Localisation

Dijon

départ : Esplanade des Marcs d'Or

Niveau de difficulté

Soutenu

Durée

3 à 5 jours (total)

Longueur

87 (total) km
jaune et rouge
Fichier KML Fichier GPX
Signaler un
problème
Imprimer / télécharger

Chambertin, La Romanée ou encore Clos de Vougeot. Ces noms titillent vos papilles et vous donnent l’eau à la bouche ? Alors pourquoi ne pas en profiter pour allier votre amour de la randonnée et de la découverte à votre curiosité pour les grands crus ?
La première partie du Chemin des Grands Crus fera ainsi voyager les plus sportifs sur des sentiers au cœur des vignobles, riches en couleurs et en odeurs, de quoi vous faire chavirer.
Les villages qui parsèment votre excursion vous transporteront dans un autre siècle de par leurs richesses, tant au niveau du patrimoine viticole que de l’architecture conservée. N’hésitez pas à faire un petit crochet par les petites ruelles, où les maisons en pierre, fours à pain et autres témoignages d’antan exprimeront toute leur beauté.

 

France Bleu Bourgogne et Denis Brogniart sur la Route des grands crus de Bourgogne

 

Et si on faisait la
route des Grands Crus à pied ?

Le jurassique
et la route des Grands Crus

Avant de partir, n'oubliez pas de consulter nos conseils de sécurité

Topoguide

 Départ : Esplanade des Marcs d'Or (D1)(parking ou bus Ligne 13). 

Possibilité de partir de Chenôve, depuis les Pressoirs des Ducs de Bourgogne (D2) (bus Liane 4 ou parking du Clos du Roy ou vers l'église). Dans ce cas, prendre le descriptif en 1.

Depuis le chalet des Marcs d’Or 2, traverser la rue des Marcs d'Or et prendre en face, vers un coffret et une chicane métallique, un sentier le long d'un mur de pierre sèche. Tourner à gauche (Parc de la Combe Persil) puis à droite.

Après la descente, continuer à droite en remontant la Combe. Vers le haut, continuer en direction du Parc Saint-Joseph.

Traverser la D108g (attention) et descendre la Combe Saint-Joseph (balustrade). Vers le kiosque, descendre à gauche puis remonter à droite.

Au-dessus, prendre la rue chanoine Bordet à droite puis tout de suite 2 fois à gauche vers la barrière. Passer au pied de l'antenne puis dans le bois à gauche. Traverser d'anciennes carrières.

Emprunter à droite le chemin goudronné, puis à gauche au niveau du Centre de Loisirs. Le traverser, passer près de réservoirs, en arrivant au-dessus de Chenôve, tourner à droite au-dessus du cimetière. A la hauteur du Chapitre 2 tourner à gauche puis prendre à droite la rue Charles Poisot.

Traverser la place Anne Laprévote en direction de l'église 3, poursuivre par la rue Jules Blaizet.

Prendre à gauche la rue Roger Salengro puis tout de suite le chemin à droite avant les pressoirs des Ducs de Bourgogne 4. Tourner ensuite à gauche puis à droite et poursuivre en direction de Marsannay-la-Côte.

Contourner cette commune par l'Ouest 5, continuer à travers le vignoble vers Couchey, puis vers le hameau de Fixey. Tourner à droite 6 puis prendre à gauche 7 la rue des Hervelets en direction de Fixin (D3).

Emprunter à gauche la rue de l'Hermitage puis monter à droite la rue de la Perrière. Au niveau de la Charmotte, monter à gauche sous les pins 8 et 9 et monter à gauche en lisière de forêt puis descendre à gauche le chemin empierré.

Descendre dans la combe de Brochon 10 puis remonter un peu à droite par une ligne assez raide qui vire ensuite à droite. Arrivé sur le parcours Batier, tourner à gauche et au carrefour suivant descendre le large chemin empierré à gauche. Passer près des réservoirs de Gevrey-Chambertin puis à droite du château 11 et à gauche de l'église 12. Traverser la D31 (attention), suivre la rue de l'église, puis à droite la rue de Meixveille et ensuite tout droit dans les vignes. Vers les habitations, prendre à gauche puis à droite et encore à gauche un large chemin dominant le vignoble, entrant ensuite dans le bois.

Descendre à gauche une ligne et, en atteignant les Grands Crus 13, tourner à droite en direction de Morey-Saint-Denis. Tourner à droite rue de la Montagne, longer le Clos des Lambrays 14. Au réservoir prendre à gauche la rue de la Combe puis encore à gauche la rue de la Bidaude dominant les vignes 15.

A 400 m environ, remonter à droite par un chemin pierreux jusqu'à la lisière du bois, poursuivre tout droit, traverser la friche calcaire avant de redescendre sur Chambolle-Musigny.

Traverser la route (D122h), monter la rue de Vergy 16 et à 500 m environ descendre à gauche en direction d'un réservoir, puis encore à gauche en direction du château du Clos de Vougeot 17.

En arrivant sur le chemin goudronné, prendre à droite, longer le cellier du Clos. Traverser le vignoble d'Echezeaux. Arrivé sur une petite route, tourner à droite puis à 100 m à gauche et traverser les Grands Crus de Vosne-Romanée.

Arrivé à l'angle de la Romanée-Conti 18, descendre à gauche la rue de la Tâche puis prendre à droite et poursuivre en ligne droite jusqu'à Nuits-Saint-Georges. Emprunter la rue Saint-Symphorien, puis à gauche la D25. La traverser (D4).

Prendre à droite la rue de l'Egalité 19. Longer l'église St-Symphorien. Emprunter à gauche la rue Félix Tisserand, tourner à droite rue Charmois puis prendre à droite le chemin goudronné montant. Vers un panneau 20 continuer à monter.

Prendre à gauche à l'embranchement suivant, entre les 2 murs 21 et dominer les vignes. A la limite du taillis, monter à droite un petit sentier. Contourner la statue 22 par la gauche puis tourner à gauche vers un pin.

Prendre à gauche un chemin empierré descendant, traverser la D8 (attention) et descendre à droite le long de la route sur le terre-plein herbeux.

A 100 m, descendre à droite le chemin empierré puis, à 400 m environ, prendre à gauche un chemin pierreux entre les vignes. Dans le bas, au niveau d'un panneau explicatif, emprunter le large chemin à droite. Passer vers d'anciennes carrières puis une aire de pique-nique.

A l'embranchement menant à Premeaux-Prissey continuer à droite en montant. En arrivant sur une vigne, 23 la contourner par la droite. Prendre à droite entre 2 blocs rocheux un sentier montant dans la forêt. Vers le dessus au virage, suivre tout droit la ligne.

Au croisement, prendre la ligne à gauche puis ensuite la large ligne à droite. Traverser un ancien chemin goudronné. En sortant du bois prendre la route à gauche. Au virage 24, emprunter à droite le tunnel et monter dans la forêt. Au dessus, prendre à gauche le terre plein de la route parmi le vignoble 25.

A la croix, suivre à gauche le sens interdit et continuer tout droit parmi les vignes hautes. Traverser la route et monter. A la croix, continuer tout droit le chemin empierré.

Au 1er embranchement, prendre à droite le chemin gravillonné. En lisière du bois, prendre le chemin à gauche. A 200 m, monter à droite dans la forêt par un sentier étroit.
Contourner la chapelle 26 et le cimetière par la gauche puis le monument aux morts par la droite. Descendre à gauche par le terre- plein dominant la route pour arriver à Villers-la-Faye.

Descendre à droite les marches, traverser la place de la mairie par la gauche et emprunter la rue de l'ancienne cure.

 

Côté patrimoine

Chambertin, Romanée-Conti… La Côte, c’est la vigne. Mais c’est aussi un patrimoine remarquable évoquant les seigneurs qui ont régné sur ces terres, les moines qui ont amélioré et développé cette culture, les hommes qui ont travaillé cette terre et même ceux qui y ont élu villégiature !

Dignes d’ouvrir la longue liste, les deux impressionnants pressoirs de Chenôve résonnent du nom des Ducs de Bourgogne. Datés du 15e siècle, ils rivalisent d’ancienneté avec ceux du Clos de Vougeot, du manoir de la Perrière (Fixin) ou encore du Clos de Tart (Morey-Saint-Denis).

Exemple d’un autre registre, le château de Gevrey-Chambertin (15e siècle) régnait autrefois sur les vignes des abbés de Cluny qui l’avaient reçu des seigneurs de Vergy au 11e siècle. Mais plus que les moines de Cluny, de Bèze et même de Saint-Vivant, ceux de Cîteaux marquent encore le paysage avec le Clos de Vougeot et ses vignes exceptionnelles. A l’abri de leur clôture de pierre caractéristique, elles étirent leurs lignes vertes ou dorées en avant du château des abbés construit au 16e siècle. A côté, le toit gigantesque du cellier du 12e siècle laisse imaginer son impressionnante charpente.

L’esprit de Cîteaux règne également dans l’église Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges (13e siècle) au style dépouillé entre roman et gothique. Entièrement restaurée, elle présente un mobilier et une ornementation à redécouvrir. A proximité, les peintures murales (16e siècle) de l’église de Chambolle-Musigny ou le mobilier (15e - 18e siècles) de celle de Gevrey-Chambertin évoquent cette même richesse paroissiale.  

Plus modeste mais plus ancienne, la chapelle Saint-Antoine de Fixey dresse son clocher (12e siècle) aux tuiles vernissées au milieu des vignes. Avec le four à pain couvert de lave (15e siècle) au centre du hameau, elle rappelle combien tout ce patrimoine est lié à la vie des vignerons. Vie encore soulignée par les maisons les plus anciennes avec cave à demi enterrée, habitation à l’étage et ouvertures carrées des combles. Elles donnent toujours aux villages traversés un caractère bien particulier, surtout lorsqu’elles ont conservé leur parcelle clôturée par des murs en pierre, ces mêmes murs qui séparent les vignes et qui s’accompagnent parfois d’une cabote.

Attirant la curiosité dans ce paysage de vigne, la silhouette de l’éolienne de Brochon renvoie au château construit par Stephen Liégeard dans le style des châteaux de la Loire ! Et plus étrange encore, « Le Réveil de Napoléon », bronze réalisé par Rude en 1847 sur commande de Claude Noisot, ancien capitaine de la Garde, pour orner le parc qui porte son nom.

Conseil Général © Benoît OUDET

Côté nature

Le GRP des Grands Crus vous invite à serpenter au pied de la Côte qui donne son nom au département de la Côte-d’Or. Il s’agit d’une zone géographique très particulière à de nombreux points de vue.

Le relief de la Côte qui présente des falaises escarpées est lié à la genèse des Alpes. Les pressions terrestres associées au soulèvement (ou « surrection » en géologie) de la chaîne de montagne ont bouleversé l’harmonie des dépôts sédimentaires en place à l’oligocène il y a environ 35 millions d’années. Des failles conséquentes sont apparues et des blocs entiers se sont déplacés le long de ces failles. C’est ainsi que le calcaire de la Côte s’est retrouvé surélevé de plusieurs centaines de mètres au-dessus de la plaine de la Saône actuelle. Ainsi rehaussée, la Côte constitue le flanc gauche d’un des plus vastes bassins d’effondrement français que les géologues appellent le « fossé Bressan ». Par temps clair, il est facile d’observer les contreforts du Jura qui constituent l’autre versant de la dépression.
Pour les chanceux, quelques jours par an, le massif des Alpes laisse entrevoir ses pentes enneigées.

Durant la première partie de votre périple, entre Chenôve et Villers-la-Faye, le sentier des Grands Crus progresse le long de la zone de faille qui résulte de cette surrection. Toutefois, ces fractures sont indécelables au regard car elles ont été progressivement recouvertes par les dépôts de pentes issus de l’érosion du plateau calcaire. Ces dépôts mêlant l’argile et la roche s’appellent colluvions. Leur granulométrie et leur perméabilité sont très propices au développement de la vigne. D’ailleurs, le périmètre du vignoble de la Côte est scrupuleusement calqué sur ce chapeau de colluvions. Lorsque l’épaisseur de ces dernières s’amenuise, en haut de pente, la forêt prend le relais, tandis qu’en bas des pentes la culture céréalière a été préférée à la vigne.

Cette Côte calcaire est entaillée transversalement par des vallées souvent sèches, « les combes ». Bien qu’elles ne soient, pour le géologue, en rien semblables à celles du Jura, elles sont toutefois issues des mêmes phénomènes d’érosion. Ces dernières, comme à Chambolle-Musigny ou à Gevrey-Chambertin offrent des escarpements marqués et un peu de fraîcheur aux promeneurs. C’est aussi au débouché des combes principales que souvent se trouvent les villages.

Une dernière particularité est encore perceptible le long de la Côte : il s’agit du microclimat. En effet, des relevés de température et d’ensoleillement effectués depuis trente ans  témoignent que le pied de la Côte présente, sur toute sa longueur, une température moyenne annuelle plus élevée que sur le reste du territoire. De même, les gelées de printemps sont moins nombreuses et moins tardives que partout ailleurs dans le département.
Ce microclimat est en partie explicable par l’exposition de la pente de la Côte, orientée sud-est et par l’influence méditerranéenne en provenance du couloir rhodanien. Par surcroît, la présence de relief en arrière de la Côte diminue l’influence humide du climat océanique apporté par les vents de sud-ouest dominants dans la région.

Il ne peut faire plus doux qu’au milieu de ces vignes !
 
Conseil Général © H. DEVALLEZ

Carte interactive
  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...